La graisse un ennemi ?

La graisse est un ennemi qui vous veut du bien : Ces kilos là et ceux là, depuis des années on vous dit que c’est de votre faute. Si vous êtes gros ou grosses, c’est avec certitude à cause de votre gourmandise, goinfrerie et que vous devez réagir. D’autres évoqueront des traumatismes, des injustices subis dans votre enfance. Parfois même on vous parlera de vos kilos émotionnels.

La graisse est un ennemi qui vous veut du bien

Tout ceci est sans doute vrai ou en partie vrai mais peut être aussi faux. Thérapeute stratégique, je prends en compte l’ensemble de ces suppositions mais pas que, surtout pas, que.

La graisse est un ennemi qui vous veut du bien. Elle contrôle nombre de fonctions de l’organisme, elle communique avec le cerveau et le système immunitaire et c’est vachement utile. Mais si vous l’attaquez, elle va se défendre. Car c’est un organe au même titre que votre cœur ou vos poumons (eh oui !)

Prendre du poids, puis en perdre impose une sanction calorique : les individus qui perdent du poids sont plus réceptifs à la nourriture et sont moins aptes à contrôler l’apport alimentaire par la suite. En fait plus vous allez perdre du poids, plus vous allez avoir faim. Pire la graisse sous cutanée (non dangereuse) sera remplacée par la graisse viscérale (délétère).

ALORS IL N’Y A RIEN A FAIRE? Bien sûr que si ! Il faut utiliser la technique du cheval de Troie, il FAUT RUSER . Et en premier lieu ARRÊTEZ de vous CULPABILISER. Car très souvent vous n’y pouvez rien, hormones, virus, microbiotes peuvent aussi être incriminés. Par contre si vous ne faites rien maintenant, ne venez pas vous plaindre…. Vous allez être étonné du : Comment je peux vous apprendre à faire autrement.

La graisse est un ennemi qui vous veut du bien ! Je vais déjà vous étonné en vous racontant ceci : Prenez des jumeaux (l’un mince, l’autre obèse). Prélevez leurs selles. Transférez ces matières chez des souris axéniques (en milieu stérile – sans microbiote). Donnez leur, le même type et la même quantité de nourriture. Les souris prendront les caractéristiques du jumeau d’où provenaient les bactéries qu’on leur a transférées. (étude de Jeffey Gordon – USA – chercheur et spécialiste du microbiote).

(Photo by Alexander Schimmeck on Unsplash)