Non classé

Même pas peur l’hypnothérapeur

Coucou c’est moi ! Hypnose et phobies

vaincre sa phobie par hypnose : Je suis passé sur Grand Lille TV ce lundi 23 octobre 2017.
Un reportage sur la phobie des insectes. ICI
(Attention si vous êtes phobique des insectes, à ouvrir avec précaution !)

Hypnose et phobiesVos poils se hérissent-ils lorsque vous apercevez une araignée ou un insecte ? Cette peur a un nom : l’entomophobie. Une phobie qui peut notamment être traitée par hypnose. Pourtant, les insectes ont des avantages, avec un grand apport en protéines… lorsqu’ils sont dégustés ! Huuuum !


La peur de la peur ou l’histoire de la phobie ordinaire.

Et oui vaincre sa phobie par hypnose c’est possible ? Soigner sa phobie par l’hypnose c’est possible et c’est sans doute même recommandé en complément sans doute d’une thérapie comportementale. On crée une peur et on en a peur : Peur des serpents, des araignées… Peur de conduire, de prendre l’avion… Peur de la maladie, peur de vomir… Tout est possible.

Il faut reconnaitre de quoi on a peur.

vaincre sa phobie par hypnose, un train peut en cacher un autre. Derrière une peur se cache souvent une autre peur. La peur cachée, comme le grand méchant loup dans sa forêt. Ne pas l’identifier, c’est comme disait ma grand-mère « pisser dans un violon ». En exemple mon « impatiente » qui vient soigner sa phobie par l’hypnose. Elle a développé subitement un peur incompréhensible de conduire. Cela fait des années qu’elle conduit avec facilité et bien souvent avec plaisir. Jamais d’accident grave et Boum ! Cela tombe sur elle. Mais comment cela est-ce possible ?

En moins d’un an cette dame a perdu sa sœur, sa mère et un collègue de travail très proche… Peur de la mort ? Mais pourquoi la voiture ? Honnêtement on s’en moque mais notons cependant que cette femme aimait beaucoup accompagner sa sœur (Qui ne savait pas conduire) dans des sorties entre filles. Mais cela sert à quoi cette peur de la peur ?

Rechercher l’intention positive.

vaincre sa phobie par hypnose, restons positifs. Pour soigner sa phobie par l’hypnose, on cherchera notamment à découvrir l’intention positive du symptôme et bien souvent en hypnose.

Par exemple il y a des gens qui ont une peur panique des chiens, et ça parait ridicule et pourtant si un chien est en train de vous bouffer le bras, vous allez avoir une réaction de survie. Et pour vous protéger, vous allez taper, crier ou fuir et c’est une sacrée réaction de protection. Et cette partie de vous qui crée ce comportement vous protège.

Seulement pour la peur phobique, la personne à la même réaction, même si le chien est loin ou en laisse ou tout gentil. Car l’inconscient à créer ce choix et l’utilise à chaque fois. Dans le cas de mon « impatiente » cela s’est logé dans la peur irraisonnée de conduire. Pour ne pas mourir (mode survie), je ne dois pas conduire et pour ne pas conduire, je dois en avoir peur. Alors comment soigner sa phobie par l’hypnose

Élargir le champ des possibles.

Ce qui différencie un phobique de quelqu’un qui n’a pas cette peur irraisonnée, n’est pas la réaction de courir, crier, fuir etc. … car tout le monde l’a s’il y a vraiment danger. C’est qu’il a juste plus de choix. Il peut aussi être calme si le chien est tout gentil et en laisse. Il a tout le panel de choix entre les deux possibilités.

L’inconscient nous protège avec cette réaction (ce choix), mais à chaque fois. C’est donc une surprotection très efficace. Mais une seule possibilité n’est pas un choix juste une contrainte mais extrêmement protectrice donc jugée valable, à raison, par cette partie de nous chargée de notre survie.

C’est pareil avec cette peur de conduire, on ne va surtout pas enlever cette réaction de protection (Surtout avoir peur de conduire quand il y a du verglas, du brouillard…), juste rajouter du choix. Apprendre à notre inconscient qu’il peut aussi avoir le choix de la prudence, de la confiance, de la raison, de la liberté par exemple. Soigner sa phobie par l’hypnose, c’est faire l’expérience de l’apprentissage.

Se défaire de ses croyances limitantes

Souvent la séance consistera aussi à enlever les croyances limitantes. Les croyances dirigent nos actes et nos pensées. Il faut changer certaines croyances pour progresser, pour évoluer vers une certaine sagesse, sérénité, et il faudrait saisir la nuance entre savoir et croire. « Si je prends la voiture, je vais mourir », n’est-ce pas une moche croyance limitante et inconsciente ? Ramener à l’état de conscience, vous aimeriez vous dire quoi d’autre… Demandez-le à votre inconscient. Mon impatiente a choisi. Soigner sa phobie par l’hypnose c’est faire le choix du savoir.

Publié par vrlgestion dans Non classé, Phobies

Le droit au plaisir

L’hypnose la solution plaisir

Vous avez le droit au plaisir avec hypnose. Ces dernières années l’Hypnose est devenue, grâce aux différentes techniques d’imagerie (IRM, TEP), l’objet d’études de plus en plus nombreuses dans le champ des neurosciences qui nous permettent de mieux appréhender  son fonctionnement, ouvrant ainsi la voie à son utilisation dans le domaine de la sexualité.

Je ne suis pas médecin, ni sexologue. Je n’interviens donc pas sans avis médical et bien souvent les personnes viennent me consulter après avoir tout essayé. Ce sont même les médecins qui m’envoient leurs patients après avoir évacué un problème physique, notamment cardiaque ou neurologique dans le cas d’une impuissance masculine par exemple.

De par sa nature, la sexualité s’accommode très mal de la coexistence de manifestations anxieuses, de perte de confiance ou d’estime de soi. Elle ne fait pas bon ménage non plus avec des croyances limitantes ancrées depuis des générations ou de traumatismes toujours vivaces. En cela les approches par l’hypnose permettent d’apprivoiser les réactions émotionnelles.

Le droit au plaisir avec hypnose

Des Maux d’hommes :
le droit au plaisir avec hypnose ce n’est pas un mal.

Ce travail sur l’émotion permet d’aborder avec efficacité les troubles masculins, troubles de l’érection, difficultés de contrôle de l’émotion sexuelle, de contrôle de l’éjaculation. « Rien, mou, précoce, prématurée, hâtive, rapide », des termes formulés par mes « impatients » d’aller bien mieux pour trouver une solution à ce qu’ils vivent la plupart du temps comme un manque de « maîtrise » de leur fonctionnalité sexuelle. Ils sont en conflit voire en colère contre eux même. « Je suis pulsif » déclarait l’un de mes impatients, «  ma tête voudrait que cela dure (quoi d’ailleurs ? !) Et mon corps m’échappe ». Belle dissociation !

Une souffrance féminine :
Pour en sortir et avoir le droit au plaisir avec hypnose

Dans les troubles féminins, il permet de gommer souvent les effets de l’anticipation et de percevoir différemment ses émotions. « Je n’en ai pas envie mais je le fais pour… » ou « je n’ai jamais connu l’orgasme » et « j’ai mal quand… » souvent aussi «  je n’ai plus de désir »… Des phrases entendues dans mon cabinet, des mots de souffrance réelle.

Personnellement, j’alterne un travail thérapeutique en relaxation avec des inductions hypnotiques. Leur impact est remarquable.

A la recherche du couple :
le droit au plaisir avec hypnose, une dualité.

Un mode particulier d’induction hypnotique m’intéresse, celle de l’hypnose avec le couple (et non l’hypnose du couple), notamment lorsqu’un couple n’a quasiment plus de moments partagés. Le couple vit alors un moment précieux déconnecté des tensions de la vie quotidienne. C’est souvent une étape de retour vers une intimité partagée.

Les ressources sont en vous, prenez l’initiative !

Publié par vrlgestion dans Non classé, Sexualite

Comptez vous les moutons ?

Dormir comme un Loir avec l’hypnose, ce Loir en question est un animal européen qui passe sept mois par an en hibernation, tel n’est pas l’objectif de mes patients (quoi que !, mais c’est un autre sujet).

Dormir comme un Loir avec l’hypnose : Une relation efficace !
Pour ne plus compter les…

Dormir comme un Loir avec l'hypnose

Cependant, ne plus compter les moutons, dormir à point fermé, profondément ou simplement mieux dormir sont des demandes récurrentes dans mon cabinet (dernier maillon d’une longue  chaîne de spécialistes et de bilans).

En effet les demandes de prise en charge de cette pathologie par l’hypnose ne font que croitre, et je souhaite partager avec vous mon expérience dans ce domaine.

Etes-vous vraiment insomniaque ? La question est à poser. Certains consultent sous la pression de leur entourage qui les persuade qu’ils ne sont pas normaux. En fait, ce sont des personnes qui ont réellement besoin de peu de sommeil pour récupérer : moins de 6 heures et contrairement aux insomniaques, ils sont en forme et actifs le lendemain et sans autres signes cliniques associés (fourmillement dans les membres, mouvement périodiques des jambes, respiration irrégulière, ronflement, syndrome d’apnée du sommeil…).

Alors insomniaque ou pas ?

Dormir comme un Loir avec l’hypnose: Une histoire qui a du sens !

Mr T (50 ans) me dit « Je ne dors pas de la nuit, c’est dur le lendemain. Je somnole, je suis irritable ». Bien entendu que Mr T dort la nuit, depuis toutes ses années, il serait déjà une fleur séchée si non. Mais il a des difficultés d’endormissement, des éveils nocturnes, un réveil trop précoce le matin ou l’inverse. Monsieur T est une personne anxieuse : Peur de ne pas dormir mais aussi une anxiété récurrente dans la journée avec son cortège de symptômes. Cependant, même si cet état est très limitant pour Mr T, l’insomnie est le symptôme prédominant. Je décide donc de m’occuper de ce symptôme «  Si le symptôme change, l’inconscient va changer ».

Pas de causes organiques à cette insomnie (Multiples bilans, bien entendu déjà faits), Mr T a une hygiène de vie très correcte et sans addictions. Les contraintes de la vie quotidienne sont mineures, sans conflits familiaux et professionnels, sans irrégularité des horaires de travail. Il n’existe pas de signe d’une dépression sous-jacente. Tout au plus Mr T semble ne pas se donner du temps pour lui (Recadrage).

Non Mr T a un conditionnement négatif à l’insomnie qui se traduit par : la peur de ne pas dormir.

Les séances d’hypnose (3), vont permettre à Mr T de modifier son cadre de référence habituel et ses croyances limitantes, laissant plus de place  à un fonctionnement inconscient – involontaire et automatique -, de mobiliser des ressources  basées sur des apprentissages par l’expérience, que l’état de conscience amplifié de la transe permet de libérer et d’orienter vers un but thérapeutique, à savoir ici retrouver un sommeil réparateur. Il s’agit d’apprendre à faire involontairement ce que l’on n’arrive pas à faire volontairement.

Et l’anxiété de Mt T ? Je ne sais pas, j’ai juste reçu un mail « Je ne suis plus un zombi le jour… merci ! ».

Dormir comme un Loir avec l’hypnose: Les 10 règles avant de consulter !

Eviter
– Les activités (corps et esprit) stimulantes le soir (Le câlin c’est permis, ouf !).
– La prise de stimulants : Caféine, nicotine, alcool…
– Les boissons en quantité excessive le soir (réveils nocturnes pour la miction).
– Les repas copieux le soir.
– Les siestes, notamment après une mauvaise nuit de sommeil.

Favoriser avant le sommeil
– Un environnement calme, relaxant et confortable.
– Une température fraiche dans la chambre (18°).

Associer
– La chambre avec le sommeil (Pas de lecture, de télé. Et les câlins ? Déjà dit coquins !).

Et surtout
– Aller se coucher seulement quand le sommeil arrive
– Si le sommeil ne survient pas au bout de 20 mns, se lever et attendre qu’il revienne avant de se recoucher, tout en maintenant une activité peu stimulante. Procéder de même en cas de réveil nocturne avec difficulté à se rendormir.

Belle nuit !

Publié par vrlgestion dans Non classé, Sommeil

Vos enfants sont des monstres

Vos enfants
sont des monstres.

Vos enfants sont des monstres - Bruno Macou - Lille et Arras

Hypnothérapeurs ?

hypnose enfant Arras et Lille : On connait la chanson !

« Fais pas ci fais pas ça , À dada prout prout cadet, À cheval sur mon bidet, Laisse ton père travailler, Viens donc faire la vaisselle, Arrête de te chamailler , Réponds quand on t’appelle, Sois poli dis merci, à la dame laisse ta place, C’est l’heure d’aller au lit , Faut pas rater la classe, Fais pas ci fais pas ça ».

Vous en voulez d’autres ? Vous voulez vous épuiser ?

En effet vos enfants sont des monstres.

Hypnose enfant Arras et Lille vous le dit. Dans le sens qu’ils n’ont pas le même cerveau que vous, qu’il est en construction pendant une période très longue. A la naissance, il est « immature » et il mettra environ quinze ans pour atteindre sa taille adulte.

Alors inutile de dire à un enfant de 5 ans qui pique un caprice parce que vous ne lui avez pas acheté le dernier jouet à la mode d’être « raisonnable » ou que « c’est un grand maintenant » : son cerveau n’entend tout simplement pas ce message de raison car, chez l’enfant, l’émotion et la raison ne sont pas connectées.

Florilège d’incompréhenions

Pour les peurs : « m’enfin les monstres n’existent pas ! »

Ou des angoisses : « tu sais bien que maman va revenir ! »

Et de l’énurésie : « un grand ne fait plus pipi dans son lit ! »

Sans parler des refus : « ta sœur, elle, m’aide à ranger sa chambre ! »

Et de sa tristesse : « ne soit pas triste, elle va revenir ta petite chatte ! »

Et bien entendu de sa colère : « se mettre dans un état pareil pour un simple bonbon ! »

Aaaaaah !

Hypnose enfant Arras et Lille vous fait peur ? Mais non ce n’est pas de votre faute, car vous ne savez sans doute pas que le pauvre petit, lui, n’y peut rien. Son cerveau est ainsi fait qu’il est incapable de retrouver la raison et de se calmer seul. Il ne sait pas encore gérer ses émotions. Et ce n’est même pas la peine de lui poser la question pourquoi il fait ceci ou cela ? Il n’en sait rien.

Il n’est jamais trop tard !

Un message de : hypnose-enfant-Arras-et-Lille. Vous pouvez encore agir, c’est l’avantage d’être face à un cerveau malléable. Il faut juste développer les liens entre l’émotion et la raison ou plutôt entre la partie du cerveau qui gère l’émotion et celle qui contrôle la raison.

Vous pouvez agir seul en faisant preuve d’empathie, c’est-à-dire reconnaître ses émotions. Vous pouvez avoir cette attitude bienveillante qui va permettre le bon développement du cortex préfrontal qui favorise le contrôle des réactions émotionnelles.

Et si vous avez besoins d’aide, l’hypnose thérapeutique orientée « enfants » peut être un bon accompagnement pour votre enfant et aussi pour vous. En effet, rien ne sert d’apprendre à votre enfant à gérer ses émotions si vous n’êtes pas capable de mettre en pratique ce que vous dites.

« Fais pas ci fais pas ça, À dada prout prout cadet, À cheval sur mon bidet… »

Bibliographie conseillée

Pour semer des graines d’optimisme, il existe un site que j’apprécie : ici

Page thérapie enfants

Publié par vrlgestion dans Enfants, Non classé

Phobies : Qui a peur du grand méchant loup ?

La peur de la peur ou l’histoire de la phobie ordinaire.

Soigner sa phobie par hypnose, cette autre solution.

Soigner sa phobie par hypnose

Soigner sa phobie par hypnose c’est possible et c’est sans doute même recommandé, comme on peut aussi vous recommander une thérapie comportementale. On crée une peur et on en a peur : Peur des serpents, des araignées… Peur de conduire, de prendre l’avion… Peur de la maladie, peur de vomir… Tout est possible.

Il faut savoir de quoi on a peur !

Derrière une peur se cache souvent une autre peur. La peur cachée, comme le grand méchant loup dans sa forêt. Ne pas l’identifier, c’est comme disait ma grand-mère « pisser dans un violon ». En exemple mon « impatiente » qui vient soigner sa phobie par l’hypnose. Elle a développé subitement une peur incompréhensible de conduire.
Cela fait des années qu’elle conduit avec facilité et bien souvent avec plaisir. Jamais d’accidents graves et Boum ! Cela tombe sur elle. Mais comment cela est-il possible ?

En moins d’un an cette dame a perdu sa sœur, sa mère et un collègue de travail très proche… Peur de la mort ? Mais pourquoi la voiture ? Honnêtement on s’en moque mais notons cependant que cette femme aimait beaucoup accompagner sa sœur (Qui ne savait pas conduire) dans des sorties entre filles. Mais cela sert à quoi cette peur de la peur ?

Rechercher l’intention positive.

Pour soigner sa phobie par hypnose, on cherchera notamment à découvrir l’intention positive du symptôme.

Par exemple il y a des gens qui ont une peur panique des chiens, et ça parait ridicule et pourtant si un chien est en train de vous bouffer le bras, vous allez avoir une réaction de survie. Et pour vous protéger, vous allez taper, crier ou fuir et c’est une sacrée réaction de protection. Et cette partie de vous qui crée ce comportement vous protège.

Seulement pour la peur phobique, la personne à la même réaction, même si le chien est loin ou en laisse ou tout gentil. Car l’inconscient à créer ce choix et l’utilise à chaque fois. Dans le cas de mon « impatiente » cela s’est logé dans la peur irraisonnée de conduire. Pour ne pas mourir (mode survie), je ne dois pas conduire et pour ne pas conduire, je dois en avoir peur. Alors comment soigner sa phobie par l’hypnose

Élargir le champ des possibles.

Ce qui différencie un phobique de quelqu’un qui n’a pas cette peur irraisonnée, n’est pas la réaction de courir, crier, fuir etc. … car tout le monde l’a s’il y a vraiment danger. C’est qu’il a juste plus de choix. Il peut aussi être calme si le chien est tout gentil et en laisse. Il a tout le panel de choix entre les deux possibilités.

L’inconscient nous protège avec cette réaction (ce choix), mais à chaque fois. C’est donc une surprotection très efficace. Mais une seule possibilité n’est pas un choix juste une contrainte mais extrêmement protectrice donc jugée valable, à raison, par cette partie de nous chargée de notre survie.

C’est pareil avec cette peur de conduire, on ne va surtout pas enlever cette réaction de protection (Surtout avoir peur de conduire quand il y a du verglas, du brouillard…), juste rajouter du choix. Apprendre à notre inconscient qu’il peut aussi avoir le choix de la prudence, de la confiance, de la raison, de la liberté par exemple. Soigner sa phobie par hypnose, c’est faire l’expérience de l’apprentissage.

Se défaire de ses croyances limitantes.

Souvent la séance consistera aussi à enlever les croyances limitantes. Les croyances dirigent nos actes et nos pensées. Il faut changer certaines croyances pour progresser, pour évoluer vers une certaine sagesse, sérénité, et il faudrait saisir la nuance entre savoir et croire. « Si je prends la voiture, je vais mourir », n’est-ce pas une moche croyance limitante et inconsciente ? Ramener à l’état de conscience, vous aimeriez vous dire quoi d’autre… Demandez-le à votre inconscient. Mon impatiente a choisi. Soigner sa phobie par l’hypnose c’est faire le choix du savoir.

(Un grand merci aux professionnels d’Hypnofrance pour leurs échanges et avis sur ce sujet)

 

Publié par vrlgestion dans Non classé, Phobies

Miss Hypnose et les enfants particuliers

« Je suis le capitaine fracasse ! », « Alors, vas-y, fracasses ta peur ! »

L’hypnose pour les enfants ou des mots pour des maux. Une spécialité très exigeante et particulièrement efficace.

Le pays de l’imaginaire – C’est l’hypnose pour les enfants

L'hypnose pour les enfantsÉcoutez l’enfant, il ne joue pas à être tel ou tel héros, il est ce héros, ce personnage. S’il écoute un conte, il est dans un état d’hypnose, absorbé par l’histoire et son rebondissement. L’hypnose apparait simplement comme son état naturel.

L’hypnose qui fait appel à l’imaginaire, est pour cette raison le domaine des enfants, qui spontanément, expérimentent, construisent et élaborent leur vision du monde.

Chaque enfant est particulier car chaque enfant est unique, alors chaque séance en hypnose doit être unique et particulière. C’est le pays de l’imaginaire.

Nous sommes des préteurs de monde – l’univers de l’hypnose pour les enfant

Les Hypnos-praticiens ne vont finalement que stimuler cette capacité naturelle d’un enfant à rentrer dans un état hypnotique, avec la coopération de l’enfant. Utiliser l’hypnose chez l’enfant, c’est lui permettre de se servir de ses capacités naturelles. Nous lui prêtons un monde et il en fait ce qui lui est utile.

Hypnothérapie et Hypno’kid ou l’hypnose pour les enfants

Une large base commune existe entre la pratique de l’hypnose auprès des adultes et celle des enfants. Cependant il existe des particularités de l’hypnose thérapeutique auprès des enfants.

  • Jongler de la demande des parents à celle de l’enfant. Car parfois ce que les parents considèrent comme un problème, n’en est pas un pour l’enfant et vice versa.
  • S’appuyer largement sur l’utilisation d’outils de communication ludiques. Jouer avec les métaphores thérapeutiques en faisant vivre le jeu, les dessins, les contes, les anecdotes…
  • Comprendre, accepter qu’un enfant ça bouge et jouer avec ce mouvement, l’intégrer dans la pratique.

Cela nécessite un changement radical chez les Hypnos-praticien

A quoi ça sert l’hypnose pour les enfants ?

Ouvrir le champ des possibles de l’enfant : Pour se connaître et développer ses ressources, développer un sentiment de sécurité intérieur fort, traverser les émotions, être présent ici et maintenant, à soi, aux autres, explorer le lâcher prise, développer l’estime de soi, mieux communiquer et être en relation avec les autres.

En thérapie : De multiples indications pour les enfants et adolescents sont abordés avec l’hypnose : Les phobies et attaques de panique, les manifestations de l’anxiété chronique, la gestion du stress, les tics, les troubles du sommeil, les troubles de l’attention, les peurs, l’énurésie et autres troubles du contrôle sphinctérien, les anxiétés de séparation, les troubles de l’alimentation, les retards du développement et des apprentissages ( Notamment les Dys… en liens étroits avec les psychologues et orthophonistes)…

En Hypnos-analgésie : Afin d’apprendre à contrôler, maitriser ses douleurs aigües ou chronique, pour mieux vivre avec et même les oublier, comme un comme si elles faisaient parties d’un autre nous-même.

L’hypno’Kid ou l’hypnose pour les enfants et adolescents est sans doute en passe de devenir une vraie spécialité dans le champ des thérapies brèves. Nous pouvons nous en réjouir afin d’ouvrir de nouveaux espaces du possible. Et toujours en réseau avec le corps médical, les psychologues ou orthophonistes.

Cas clinique d’hypnose pour les enfants

Le jeune F à 13 ans et depuis sa naissance une énurésie primaire ne le quitte pas (sauf à de très rares exceptions). Les causes physiologiques ont été explorées par le corps médical. Ce jeune adolescent, plein de vie et sportif ne présente aucun signe de stress ou d’anxiétés particulières. La maman semble bien plus préoccupée par ce symptôme que F et imaginez le nombre de lessives à faire au long des mois. Après une séance F commence à avoir des lits secs. L’espoir ce lit dans les yeux de la maman et F perçoit qu’il peut prendre le contrôle de son corps et cela lui semble plaisant. A la deuxième séance, je décide d’utiliser une ressource très présente : la passion de F pour le Hockey sur glace, c’est un bon joueur de ce sport. Il visualise le match de sa vie (Métaphore du match qu’il doit gagner sur l’énurésie). Les bruits d’ambiance sont présents, F est dans le match. A chaque tiers temps la cloche sonne (métaphore du réveil biologique qui lui indique que sa vessie est pleine). Je le revois pour une troisième séance, sur 26 jours il a eu 17 lits secs. Chacun est très heureux, le thérapeute aussi. Le travail de fond continu, objectif ? Vous le connaissez !

Publié par vrlgestion dans Enfants, Non classé

Hypnose et sexualité masculine

Une histoire de précipitation.

Voici une histoire d’hypnose et sexualité masculine.

hypnose et sexualité masculinePrécoce, prématurée, hâtive, rapide ? Quatre termes formulés par mes « impatients » d’aller bien mieux pour trouver une solution à ce qu’ils vivent la plupart du temps comme un manque de « maîtrise » de leur fonctionnalité sexuelle. Ils sont en conflit voire en colère contre eux même.

« Je suis pulsif » déclarait l’un de mes impatients, «  ma tête voudrait que cela dure (quoi d’ailleurs ? !) Et mon corps m’échappe ». Belle dissociation !

L’éjaculation rapide est le trouble sexuel masculin le plus fréquent, et concernerait 30% des hommes.

L’expérience clinique montre que l’hypnose est une alternative particulièrement efficace.

Les formes cliniques primaires (l’homme a toujours eu cette difficulté) ou secondaires (il a connu un délai éjaculatoire satisfaisant) conditionnent la prise en charge par hypnose. Les voies thérapeutiques ne peuvent être identiques.

Ces voies d’accès sont multiples et chaque personne est unique. Eviter d’éviter, se réconcilier avec son corps global puis son corps sexuel, faire la paix avec son excitation sexuelle, avoir une nouvelle perception du temps pour laisser un espace nouveau se créer, faire obstacle à l’anticipation négative source d’angoisses et facteur de cette boucle infernale, développer une nouvelle relation à l’autre, se servir de l’imaginaire symbolique…

La souplesse de l’approche hypnotique permet cette adaptation et cette belle réconciliation de l’homme avec sa sexualité et c’est en cela qu’elle est passionnante.

Et en cas d’impuissance, c’est la même chose ou tout inversement !

Monsieur P , vient consulter pour un problème d’impuissance (Forme secondaire) qui dure depuis des années. Les examens pratiqués par les différents médecins n’ont montré aucune anomalie organique. Travail sur les sensations, recherches de ses ressources et réussites, écoutes directes ou indirectes de métaphores symboliques, apprentissage de l’autohypnose… Nous faisons en fin  une séance centrée sur la sensorialité et je suggère une lévitation d’un bras puis une catalepsie… Il ne vient pas à la 7 éme séance mais m’annonce par mail que sa vie a totalement changé et que tout va bien sur le plan sexuel.  Il est dit il enfin, capable de faire l’amour de façon normale. Son dernier commentaire « je reviens si cela ne baigne plus… ». Une métaphore ?

Si l’Hypnothérapeute que je suis est satisfait de ce résultat, les Psy le seront un peu moins car il me semble qu’aussi bien mon impatient que moi, avons négligé le « pourquoi ». Ce qui me console c’est qu’il me semble que c’est au thérapeute de s’adapter au patient et le patient au thérapeute… CQFD

Publié par vrlgestion dans Non classé, Sexualite

Dormir comme un Loir, ou pas !

Hypnose sommeil et insomnie, ce loir en question est un animal européen qui passe sept mois par an en hibernation, tel n’est pas l’objectif de mes patients (quoi que !, mais c’est un autre sujet).

Hypnose sommeil et insomnie : Une relation efficace !

hypnose sommeil et insomnieCependant,ne plus compter les moutons, dormir à point fermé, profondément ou simplement mieux dormir sont des demandes récurrentes dans mon cabinet (dernier maillon d’une longue  chaîne de spécialistes et de bilans).

En effet les demandes de prise en charge de cette pathologie par l’hypnose ne font que croitre, et je souhaite partager avec vous mon expérience dans ce domaine.

 

Etes-vous vraiment insomniaque ? La question est à poser. Certains consultent sous la pression de leur entourage qui les persuade qu’ils ne sont pas normaux. En fait, ce sont des personnes qui ont réellement besoin de peu de sommeil pour récupérer : moins de 6 heures et contrairement aux insomniaques, ils sont en forme et actifs le lendemain et sans autres signes cliniques associés (fourmillement dans les membres, mouvement périodiques des jambes, respiration irrégulière, ronflement, syndrome d’apnée du sommeil…).

Alors insomniaque ou pas ?

Hypnose sommeil et insomnie : Une histoire qui a du sens !

Mr T (50 ans) me dit « Je ne dors pas de la nuit, c’est dur le lendemain. Je somnole, je suis irritable ». Bien entendu que Mr T dort la nuit, depuis toutes ses années, il serait déjà une fleur séchée si non. Mais il a des difficultés d’endormissement, des éveils nocturnes, un réveil trop précoce le matin ou l’inverse. Monsieur T est une personne anxieuse : Peur de ne pas dormir mais aussi une anxiété récurrente dans la journée avec son cortège de symptômes. Cependant, même si cet état est très limitant pour Mr T, l’insomnie est le symptôme prédominant. Je décide donc de m’occuper de ce symptôme «  Si le symptôme change, l’inconscient va changer ».

Pas de causes organiques à cette insomnie (Multiples bilans, bien entendu déjà faits), Mr T a une hygiène de vie très correcte et sans addictions. Les contraintes de la vie quotidienne sont mineures, sans conflits familiaux et professionnels, sans irrégularité des horaires de travail. Il n’existe pas de signe d’une dépression sous-jacente. Tout au plus Mr T semble ne pas se donner du temps pour lui (Recadrage).

Non Mr T a un conditionnement négatif à l’insomnie qui se traduit par : la peur de ne pas dormir.

Les séances d’hypnose (3), vont permettre à Mr T de modifier son cadre de référence habituel et ses croyances limitantes, laissant plus de place  à un fonctionnement inconscient – involontaire et automatique -, de mobiliser des ressources  basées sur des apprentissages par l’expérience, que l’état de conscience amplifié de la transe permet de libérer et d’orienter vers un but thérapeutique, à savoir ici retrouver un sommeil réparateur. Il s’agit d’apprendre à faire involontairement ce que l’on n’arrive pas à faire volontairement.

Et l’anxiété de Mt T ? Je ne sais pas, j’ai juste reçu un mail « Je ne suis plus un zombi le jour… merci ! ».

Hypnose sommeil et insomnie : Les 10 règles avant de consulter !

Eviter
– Les activités (corps et esprit) stimulantes le soir (Le câlin c’est permis, ouf !).
– La prise de stimulants : Caféine, nicotine, alcool…
– Les boissons en quantité excessive le soir (réveils nocturnes pour la miction).
– Les repas copieux le soir.
– Les siestes, notamment après une mauvaise nuit de sommeil.

Favoriser avant le sommeil
– Un environnement calme, relaxant et confortable.
– Une température fraiche dans la chambre (18°).

Associer
– La chambre avec le sommeil (Pas de lecture, de télé. Et les câlins ? Déjà dit coquins !).

Et surtout
– Aller se coucher seulement quand le sommeil arrive
– Si le sommeil ne survient pas au bout de 20 mns, se lever et attendre qu’il revienne avant de se recoucher, tout en maintenant une activité peu stimulante. Procéder de même en cas de réveil nocturne avec difficulté à se rendormir.

Belle nuit !

 

Publié par vrlgestion dans Non classé, Sommeil

L’enfant « Hyperactif » ou pas !

Inflation ?

Selon les critères du DSM4 , mondialement utilisé, on assiste à une inflation quasi « épidémique » du « Troubles déficit de l’attention (TDA/H) », dans les pays occidentaux. Il y aurait alors 3 à 5 % des enfants d’âge scolaire souffrant de ce trouble, dont 3 garçons pour une fille. De quoi dédramatiser votre sentiment de culpabilité, n’est-ce pas ?

Pour poser le diagnostic, les signes doivent être apparus avant l’âge de 7 ans et montrer la persistance d’inattention et/ou d’hyperactivité dans l’ensemble des lieux de vie de l’enfant, pendant au moins 6 mois.

Les symptômes majeurs sont les suivants :

Inattention : Maintien de l’attention difficile – l’air de ne pas écouter – ne pas supporter les règles – Manque d’organisation – effort mental en baisse – perte d’objets nécessaire à son travail

Impulsivité : Répondre avant d’entendre – impatient – interrompre – Agir vite sans voir les conséquences

Hyperactivité : Etre agité sans raison valable – Activité sans silence difficile – parler trop  – Passer activité / activité sans liens

Un marché porteur

Nous devons faire la part entre les vrais TDA/H et tous ces faux hyperactifs qui créent le désarroi de leurs proches, remplissent les salles d’attentes des pédopsychiatres et se retrouvent trop rapidement avec des médicaments (Ritaline « R » , Concerta « R »). Hazard ou non, cela correspond aussi à la commercialisation  de nouvelles molécules censées aider l’enfant hyperactif en augmentant leur vigilance, quitte à passer à côté d’autres problèmes de l’enfant.

Un peu de bon sens

1/En premier lieu il convient d’aider les parents à calibrer leur comportement et à le rendre prévisible et univoque pour l’enfant

2/ Nous devons Leur demander de vérifier et modifier si nécessaire les règles hygiéno-diététiques de leur enfant. La prise de boisson énergisante devient un vrai problème de santé publique et notamment pour les enfants.

3/ Il convient d’expliquer qu’il faut limiter le temps de présence sur écran, de l’enfant mais aussi de la famille. Quitte à faire un travail de deuil pour tous

4/ Et bien entendu. Souligner les principes éducatifs cohérents et adaptés à la situation qu’il est nécessaire de mettre en place (il n’est jamais trop tard)

Félicitez, expliquez, soulignez les gestes positifs, donnez une punition pour trois récompenses, maintenez toujours les règles quel que soit le contexte, misez sur le « Feedback » et non la discussion ou le raisonnement, ne culpabilisez pas votre enfant, ne vous culpabilisez pas, vous n’êtes pas incompétent, libérez-vous des émotions négatives à l’égard de votre enfant, soyez compréhensif à l’égard des personnes offensantes au sujet de votre enfant.

Le travail thérapeutique

1/ La précaution la plus importante est de ne pas traiter en urgence mais de prendre le temps d’observer le système familial, de connaître l’enfant et de créer une vrai relation.

2 / Avoir une Synchronisation, Calibration, Ratification fines.

3/ Se servir de Métaphores isomorphiques brèves, non ennuyeuses et en mouvement.

Pour  les enfants ayant des difficultés avec la mémoire de travail et la gestion du temps :

Des métaphores du temps qui s’écoule en Introduisant des récompenses directes et rapides

Pour les enfants aux difficultés à s’approprier un langage intérieur et des images internes :

Faire vivre une expérience concrète. L’enfant doit s’approprier sensoriellement l’histoire, être acteur. Faire des progressions dans l’histoire sur plusieurs séances avec des répétitions

Pour des difficultés à gérer les affects et l’expression des émotions :

Des Histoires ou l’enfant est plus neutre et observateur

Pour des difficultés à analyser et à synthétiser :

Mettre l’enfant en position d’acteur et observateur (Observer et ressentir). Des successions d’événements qui se répètent et qui sont prévisibles (Ex cycle des saisons)

4 / Les enfants TDA/H font beaucoup de mouvement, mais agissent comme s’ils n’enregistraient pas ces expériences, comme s’ils ne savaient pas se « construire » dans ce mouvement.

Notre travail avec l’Hypnose peut consister à les aider à construire leur carte mentale de manière plus stable et « lisible » pour eux comme pour leurs proches.

Les ressources sont en votre enfant, prenez l’initiative.

Sources bibliographiques :

Jean François Marquet – Revue Hypnose et Thérapies Brèves – Février 2016

Publié par vrlgestion dans Enfants, Non classé

Phobies : Perdre le contrôle ou pas !

Le « plus » est possible avec l’Hypnose !

vaincre la phobieOn peut vaincre la phobie. La phobie est une peur de la peur. Une peur crée sur une peur naturelle et c’est souvent l’arbre qui cache la forêt.

Mon ancien client ne pouvait sous aucun prétexte entrer dans un ascenseur. Même si l’Hypnose est une thérapie du comment et non du pourquoi, cette histoire est un cas d’école.

Ce trentenaire avait peur de l’abandon, il n’a pas digéré le divorce de ses parents quand il avait onze ans. Ils se sont séparés et il a été mis en pension. Il n’a rien eu à dire, il a perdu le contrôle de la situation et a déclenché des crises d’angoisse. Angoisse de la mort, peur de l’inconnu. Depuis il faisait tout pour contrôler.

Ainsi il ne supportait pas les ascenseurs non par peur d’être enfermé, mais par manque de contrôle. La perte de contrôle devait trouver un antidote et  la confiance semblait adéquate à cet effet.

La peur, le harcèlement et l’angoisse seront plutôt des catalyseurs, des activateurs. Mon client devait développer ses qualités et effacer de son circuit comportemental les traces relatives à ces pertes de contrôle.

Trois séances d’hypnose permettront une évacuation des peurs pour laisser place à la confiance.

Ce Monsieur peut à nouveau monter dans un ascenseur.

Publié par vrlgestion dans Non classé, Phobies